La vision qui contrôle

Ce n’est pas mon premier message, et donc vous aurez remarqué des discours allant souvent au-delà des enseignements populaires. Je ne m’excuserai pas de servir Dieu dans le courant de l’Esprit. Ce sont les compromis avec la justice de Dieu et le contentement d’une sanctification que l’on a voulu faire passer pour une grande gloire, qui sont aujourd’hui une porte ouverte de la vision babylonienne. Le relais du travail de l’économie m’est passé, alors j’obéis à la révélation en poursuivant la vision céleste qui s’oppose à la vision babylonienne. Je me souviens encore, il y a un peu moins de cinq ans, avant que je ne quitte le milieu dénominationnel, l’Esprit parlait au travers d’un invité et disait que Dieu était conscient de mon fardeau pour détruire ce que tous méconnaissaient, qu’Il me donnerait le pouvoir de le faire (car j’avais déjà le vouloir), que les travaux seraient multiples et qu’Il ne fallait pas regarder à ma jeunesse. « En conséquence, …je n’ai point résisté à la vision céleste » [Actes 26:19].

Nous devons tous comprendre la grâce que Dieu nous envoie par le ministère. Toute l’œuvre de Dieu passe par la révélation d’un mystère, cette révélation est elle même approvisionnée afin que nous prenions conscience d’un tableau : la vision céleste de notre appel. Il y a plusieurs visions qui comptent ; elles correspondent chaque fois à une compréhension plus ou moins précise d’un mystère. Nous avons la vision du monde, la vision de Christ, de l’Église, de l’économie de Dieu, du moi etc. Chacune d’elles produit un comportement dû à la vision qui nous domine. Mais l’Écriture dit une chose très intéressante : « Quand il n’y a pas de révélation, le peuple est sans frein » [Proverbes 29:18b]. « Quand il n’y a point de vision, le peuple est sans frein » (version Darby). Je dis souvent que tout le monde s’exprime par une source ou une autre, d’une façon ou d’une autre. Ici, l’absent de révélation est l’absence de la foi, car la foi est l’interaction conscient avec le mystère ; en revanche, l’expérience de Christ, du mystère de la foi, c’est marcher par la foi. Nous avons la foi pour être le peuple de Dieu, mais pas pour vivre selon la foi. Si nous sommes renouvelés selon la vision céleste, par la révélation de l’Esprit, alors nous sommes contrôlés dans cette mesure de l’approvisionnement. Seulement, le manque de cette vision laisse place à la vision babylonienne qui contrôle totalement les non-croyants selon que dit aussi l’apôtre Paul : « Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés, dans lesquels vous marchiez autrefois, selon le train de ce monde, selon le prince de la puissance de l’air, de l’esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion. Nous tous aussi, nous étions de leur nombre, et nous vivions autrefois selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées, et nous étions par nature des enfants de colère, comme les autres » [Éphésiens 2:1-3]. Lorsque nous venons à Christ pour notre salut initial, la nouvelle naissance, nous ne sommes que des « bébés » qui ont besoin du lait de la parole pour des soins et un enseignement fondamental des premiers éléments de la parole. Il y a malheureusement déjà des erreurs à ce niveau, même si certains peuvent avoir une révélation nécessaire de ces choses. Je ne m’attarderai pas… Mais pour ceux qui sont capable de l’entendre aujourd’hui, la parole doit être tranchante pour les sanctifier et les affranchir pour de bon de la vision babylonienne. Parce que l’amour du plus grand nombre se refroidit à l’Église, je ne m’étonne pas qu’il n’y ait pas de queue pour suivre cette vision qui passe par la croix dans toute sa mesure. Mais je prie tous les jours pour la victoire de Christ au milieu de nous : quand ceux qui devaient Le servir échouent, je ne veux pas manquer, je travaille à leur révéler ce qui leur échappe, si proche de la fin. Si quelqu’un ne reçoit pas l’approvisionnement de vie par la parole de l’Esprit, il est sans révélation et sans la vision céleste qui doit le conduire jusqu’au bout de la course.

Ce que Dieu veut est ce que l’Esprit de Christ réalise en nous par la foi, c’est la dispensation de Sa plénitude dans la multitude. Seulement, la vision babylonienne s’adapte au message de l’Évangile pour tromper les hommes. L’Église catholique romaine est l’incarnation religieuse de ce royaume du diable qui ne la tolère que parce qu’elle sert sa stratégie. Elle est enfermée dans la puissance du malin par une illusion adaptée à l’incrédulité et à l’hypocrisie d’hommes plein d’apparences. Mais que personne ne s’imagine que les autres courants sortis du catholicisme soient purifiés de ces abominations. Je le dis avec peine et gravité : beaucoup de croyants, des hommes et des femmes qui sont sauvés du châtiment éternel, sont dans la volupté de la prostituée. Pourquoi se tromper soit même ? Car il est évident que ni les fidèles, ni l’Esprit du Seigneur qui est aux premières loges ne se sont dupes de ce manque de consécration. Apocalypse 17 et 18 parlent en détails de ce monde religieux et matériel qui va à la destruction. Le Seigneur crie « Sortez du milieu d’elle, mon peuple, afin que vous ne participiez pas à ses péchés, et que vous ne receviez pas des ses plaies. Car ses péchés ce sont accumulés jusqu’au ciel, et Dieu s’est souvenu de ses injustices » [Apocalypse 18:4-5]. Il parle dans ce chapitre, de toutes les catégories de produit dont Il condamne la convoitise et l’orgueil du trafic aux versets 12 et 13 ; et là, que personne ne détourne de la parole un regard hypocrisie. « cargaison d’or, d’argent, de pierres précieuses, de perles » correspondant aux ornements ; « de fin lin, de pourpre, de soie, d’écarlate » qui correspondent aux vêtements ; « de toute espèce de bois de senteur, de toute espèce d’objets d’ivoire, de toute espèce d’objets en bois très précieux, en airain, en fer et en marbre » représentent le mobilier ; « de cinnamome, d’aromates, de parfums, de myrrhe, d’encens » de la catégorie des produits parfumés ; « de vin, d’huile, de fine farine, de blé, de bœufs, de brebis » correspondent aux aliments ; « de chevaux, de chars » identifient les divers transports ; « de corps et d’âmes d’hommes » correspondent au travail. Jean met un mystère en évidence quand il dit que quiconque aime le monde ne peut avoir l’amour de Dieu (1 Jean 2:15) ; il ajoute ensuite que « tout ce qui est dans le monde, la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, et l’orgueil de la vie, ne vient point du Père, mais vient du monde. Et le monde passe, et sa convoitise aussi; mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement » (v16-17). C’est le contraste que l’Esprit nous révèle : dire « j’aime Dieu » sans se repentir quand on est pas dans la désobéissance de la révélation, c’est de l’hypocrisie. On peut aimer Dieu et ne pas être au clair sur Sa volonté, mais alors nous ne sommes pas utile à Son économie ; seulement, un vrai chrétien veut s’approcher de Christ selon la parole « tes désirs se porteront vers ton mari » [Genèse 3:16]. Certains ne comprennent pas que l’on est pas justifié par l’écoute de la parole, mais par l’obéissance de la foi (la révélation) : en effet, si quelqu’un entend la parole qui sauve, mais ne crois pas, sera-t-il sauvé ? Non, bien évidemment. Mais tous ne comprennent toujours pas ce principe qui s’applique à tout l’Évangile de Dieu. Ils n’ont pas les bons fondements et pensent lui être agréable, mais ils se trompent.

Lorsque nous sommes saisis par la vision babylonienne, les pensées sur les choses de la chair, nous changeons de voie pour allez vers un chemin de perdition. Si les incroyants sont aveuglés pour perdre (passer à côté) la vie éternelle. Nous croyants, devons combattre le bon combat de la foi et courir la course pour remporter le prix, la couronne de justice pour régner avec Christ dans l’âge à venir. C’est là, l’objectif du malin : nous aveugler afin que nous perdions le prix. Si nous choisissons de vivre par la vision babylonienne nous passerons à côté de l’appel du Seigneur à entrer dans Son règne millénaire, ce qui correspond aux grincements de dents et aux regrets amers dont parlent les Évangiles (les livres).

 

1 Corinthiens 4/

« C’est pourquoi, ayant ce ministère, selon la miséricorde qui nous a été faite, nous ne perdons pas courage. Nous rejetons les choses honteuses qui se font en secret, nous n’avons point une conduite astucieuse, et nous n’altérons point la parole de Dieu. Mais, en publiant la vérité, nous nous recommandons à toute conscience d’homme devant Dieu. Si notre Évangile est encore voilé, il est voilé pour ceux qui périssent; pour les incrédules dont le dieu de ce siècle a aveuglé l’intelligence, afin qu’ils ne vissent pas briller la splendeur de l’Évangile de la gloire de Christ, qui est l’image de Dieu. Nous ne nous prêchons pas nous-mêmes; c’est Jésus-Christ le Seigneur que nous prêchons, et nous nous disons vos serviteurs à cause de Jésus. Car Dieu, qui a dit : La lumière brillera du sein des ténèbres ! a fait briller la lumière dans nos cœurs pour faire resplendir la connaissance de la gloire de Dieu sur la face de Christ. Nous portons ce trésor dans des vases de terre, afin que cette grande puissance soit attribuée à Dieu, et non pas à nous. Nous sommes pressés de toute manière, mais non réduits à l’extrémité; dans la détresse, mais non dans le désespoir; persécutés, mais non abandonnés; abattus, mais non perdus; portant toujours avec nous dans notre corps la mort de Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre corps. Car nous qui vivons, nous sommes sans cesse livrés à la mort à cause de Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre chair mortelle. Ainsi la mort agit en nous, et la vie agit en vous.

Et, comme nous avons le même esprit de foi qui est exprimé dans cette parole de l’Écriture : J’ai cru, c’est pourquoi j’ai parlé ! nous aussi nous croyons, et c’est pour cela que nous parlons, sachant que celui qui a ressuscité le Seigneur Jésus nous ressuscitera aussi avec Jésus, et nous fera paraître avec vous en sa présence. Car tout cela arrive à cause de vous, afin que la grâce en se multipliant, fasse abonder, à la gloire de Dieu, les actions de grâces d’un plus grand nombre.

C’est pourquoi nous ne perdons pas courage. Et lors même que notre homme extérieur se détruit, notre homme intérieur se renouvelle de jour en jour. Car nos légères afflictions du moment présent produisent pour nous, au delà de toute mesure, un poids éternel de gloire, parce que nous regardons, non point aux choses visibles, mais à celles qui sont invisibles; car les choses visibles sont passagères, et les invisibles sont éternelles ».

Laisser un commentaire

à la gloire de jésus-christ |
Wiccanlife |
Nouvelles Disciplines Pasto... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Georgesgil77
| La Lumiere Du Temps Du Soir
| SEUL DIEU EST LUMIÈRE