La grande tribulation

Il en est fait mention à quelques reprises dans les Écritures comme « le moment de la fin ». Lorsque le terme « grande tribulation » est retrouvé, il ne s’agit pourtant pas forcément de ce « temps de la fin » comme dans Apocalypse 2:22 ou 7:14, où dans ce dernier cas on parle de toute l’âge de l’église : le contexte est claire.

Dans ce message, il n’y a pas d’ambiguïté : le titre fait bel et bien référence aux derniers événements de l’âge. Selon la Bible, cette tribulation durera trois ans et demi, soi un temps (un an) des temps (deux ans) et la moitié d’un temps (six mois) ; durée que l’on peut aussi trouver désigné sous quarante deux mois (Apocalypse 13:5) ou mille deux cent soixante jour (Apocalypse 12:6) pour ce qui est de l’église ; il y a aussi quelques variations : mille deux cent quatre-vingt-dix jours et mille trois cent trente jours (Daniel 12:11-12), sans doute ici ce qui concerne ceux qui recevront l’évangile éternel (Apocalypse 14:16) en ce temps-là. Et pourquoi dans ce cas cette différence ? Parce que les chrétiens (né de nouveau) restés sur la terre (1 Thessaloniciens 4:17) seront enlevés vers le Seigneur quand ceux qui reçoivent l’évangile éternel annoncé aux consciences d’hommes qui doivent demeurer jusqu’à la fin pour passer au millénium, l’âge à venir mentionné nombre de fois dans les Écritures, s’ils obéissent au commandement de cet évangile, à savoir « Craignez Dieu, et donnez-lui gloire, car l’heure de son jugement est venue; et adorez celui qui a fait le ciel, et la terre, et la mer, et les sources d’eaux »[Apocalypse 14:7]. Ils ne régneront pas, ils seront les habitants de la terre sous le règne du vainqueurs avec Christ. Lorsque les derniers vainqueurs mûris sur la terre seront enlevés, la tribulation poursuivra avec le déversement des coupes de la colère de Dieu. C’est la raison pour laquelle ce temps des trois ans et demi correspond premièrement au jugement final de la maison de Dieu pour l’estimation de sa participation au règne à venir pour ceux qui restent et la défaite du malin ( Apocalypse 15:2). Seulement après l’enlèvement des derniers chrétiens vers la fin de la grande tribulation, suite au tribunal de Christ, le Seigneur réglera ses comptes avec la création impie. C’est la scène représentée par la parabole des mines : « Il dit donc : Un homme de haute naissance s’en alla dans un pays lointain, pour se faire investir de l’autorité royale, et revenir ensuite. Il appela dix de ses serviteurs, leur donna dix mines, et leur dit : Faites-les valoir jusqu’à ce que je revienne. Mais ses concitoyens le haïssaient, et ils envoyèrent une ambassade après lui, pour dire : Nous ne voulons pas que cet homme règne sur nous. Lorsqu’il fut de retour, après avoir été investi de l’autorité royale, il fit appeler auprès de lui les serviteurs auxquels il avait donné l’argent, afin de connaître comment chacun l’avait fait valoir. Le premier vint, et dit : Seigneur, ta mine a rapporté dix mines. Il lui dit : C’est bien, bon serviteur; parce que tu as été fidèle en peu de chose, reçois le gouvernement de dix villes. Le second vint, et dit : Seigneur, ta mine a produit cinq mines. Il lui dit : Toi aussi, sois établi sur cinq villes. Un autre vint, et dit : Seigneur, voici ta mine, que j’ai gardée dans un linge; car j’avais peur de toi, parce que tu es un homme sévère; tu prends ce que tu n’as pas déposé, et tu moissonnes ce que tu n’as pas semé. Il lui dit : Je te juge sur tes paroles, méchant serviteur; tu savais que je suis un homme sévère, prenant ce que je n’ai pas déposé, et moissonnant ce que je n’ai pas semé; pourquoi donc n’as-tu pas mis mon argent dans une banque, afin qu’à mon retour je le retirasse avec un intérêt ? Puis il dit à ceux qui étaient là : Otez-lui la mine, et donnez-la à celui qui a les dix mines. Ils lui dirent : Seigneur, il a dix mines.- Je vous le dis, on donnera à celui qui a, mais à celui qui n’a pas on ôtera même ce qu’il a. Au reste, amenez ici mes ennemis, qui n’ont pas voulu que je régnasse sur eux, et tuez-les en ma présence » [Luc 19:12-27].

 

Juste avant le début de cette période, le Seigneur viendra en secret pour prendre des vainqueurs de son peuple : cent quarante quatre mille représenté par l’enfant mâle d’Apocalypse 12, mais clairement mentionné au début du chapitre 14. J’en ai déjà parlé : ils sont les premiers à mûrir, le résultat de la puissance qui opère à l’Église, les prémices de la résurrection des saints. Ils ne sont pas les seuls à vaincre, la victoire n’ayant pas cet enlèvement pour seul objectif. Ils sont surtout une première campagne de conquête au ciel, et nous voyons au chapitre 12 que l’autorité qu’ils amènent vaut au serpent ancien, Satan, d’être précipité sur la terre et d’y être cantonné. C’est ce qui qui provoque dans l’invisible, la grande tribulation de la fin. Pour ce qui est des choses visibles, de l’événement signalant le commencement de la fin, nous lisons « Je regardai, quand il ouvrit le sixième sceau, et il y eut un grand tremblement de terre, le soleil devint noir comme un sac de crin, la lune entière devint comme du sang, et les étoiles du ciel tombèrent sur la terre, comme lorsqu’un figuier secoué par un grand vent laisse tomber ses figues vertes. Le ciel fut retiré comme un livre qu’on roule, et toute montagne et toute île furent remuées de leurs places. Les rois de la terre, les puissants, tout esclave et tout homme libre se cachèrent dans les cavernes et dans les rochers des montagnes ; et ils disaient aux montagnes et aux rochers : Tombez sur nous, et cachez-nous de la face de celui qui est assis sur le trône et de la colère de l’agneau ; car le grand jour de leur colère est venu, et qui peut tenir ? » [Apocalypse 6:12-17]. Voici le grand signe que tous verront et qui terrifiera les hommes de toute classe, eux, se doutant en leur conscience profonde que c’est le jugement de Dieu qui s’annonce. A ce moment, il n’y a aucune proclamation divine en parole pour les habitants de la terre, car ce n’est plus le temps.

Une grande succession d’événements se déroulera pendant plus de trois ans et demi, mais je ne commenterai pas tout. Ils sont tous importants en eux-mêmes et importants à connaître pour ceux qui traverseront cet époque de détresse, mais ce n’est pas le but de mon message. En complément de ce dernier, je vous invite à lire celui qui précède : « Les vainqueurs ».

Suite à la première étape de la grande défaite du diable marquée par l’enlèvement des prémices des croyants vainqueurs, il par en guerre contre le reste du peuple de Dieu, juifs, et ceux qui ont le témoignage de Jésus. Bien que certains parmi les saints doivent mourir dans ce temps, l’Esprit les dit heureux (Apocalypse 14:13). Il se concentrera particulièrement en Israël comme l’indique sa position sur le sable de la mer. Les Écritures ne manque pas de nous alerter concernant ce signe : « C’est pourquoi, lorsque vous verrez l’abomination de la désolation, dont a parlé le prophète Daniel, établie en lieu saint,-que celui qui lit fasse attention !- » [Matthieu 24:15]. C’est l’heure de l’apparition de l’homme du péché abominable en terre sainte, que l’on appelle Antichrist, et dont a parlé Daniel (Daniel 11:31); c’est lui le dernier roi qui s’élève dans sa vision des animaux au chapitre 7 ; il dit aussi que son établissement durera mille deux cent quatre-vingt-dix jours, période au terme duquel le Seigneur doit l’anéantir comme il est écrit : « Et alors paraîtra l’impie, que le Seigneur Jésus détruira par le souffle de sa bouche, et qu’il anéantira par l’éclat de son avènement » [2 Thessaloniciens 2:8]. Cet avènement est le retour de Christ à la fin de la grande tribulation quand il posera Ses pieds sur le Mont des Oliviers accompagné de Ses rachetés (Zacharie 14:4).

Pendant de la grande détresse, le Seigneur mettra Son châtiment en œuvre contre Babylone la Grande qui est en fait l’église catholique romaine d’un point de vue religieux. Il l’avait effectivement annoncé dans l’épître à Thyatire la représentant au chapitre 2 d’Apocalypse, et c’est ce qu’Il accomplit au chapitre 17 d’Apocalypse verset 17. Sachant que cette Babylone revêt deux aspects : (1)la Babylone religieuse et (2)la Babylone matérielle, Mammon ou le monde des richesses en d’autres termes (Matthieu 6:24), le commandement du Seigneur à également deux portées dans l’âge. Lorsqu’Il dit « Sortez du milieu d’elle, mon peuple, afin que vous ne participiez pas à ses péchés, et que vous ne receviez pas de ses plaies » [Apocalypse 18:4]. Il nous rappelle toute la dimension de la sanctification où personne ne peut Le voir ou Le servir avec une vision babylonienne, c’est-à-dire un cœur mélangé nourrit de cupidité ; Il tire vengeance de l’hypocrisie de ceux qui se prétendent faussement Son témoignage. C’est là toute la laideur de cette abomination que l’on voit chevaucher la bête, avec des apparence qui ne trompe que ses semblables, adorateurs hypocrites. Si cette bête, l’Antichrist, la porte, ce n’est parce qu’il est guidé, mais parce qu’il est l’incarnation du malin qui la possède de ses ténèbres par l’illusion de la séduction et l’amène à la perdition avec lui. Le Seigneur mettra premièrement dans le cœur de la bête un dessein haineux contre la Babylone religieuse, puis Il vengera par Sa propre gloire, les martyres qui réclament cette vengeance en anéantissant la gloire du luxe et du trafic mondial de la Babylone matérielle. L’amour de l’argent ne se sera jamais autant manifesté comme la racine large et profonde de tous les maux (1 Timothée 6:10).

Laisser un commentaire

à la gloire de jésus-christ |
Wiccanlife |
Nouvelles Disciplines Pasto... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Georgesgil77
| La Lumiere Du Temps Du Soir
| SEUL DIEU EST LUMIÈRE